Le web design en pratique avec Fabienne Schouler

Partager :

Le 26 juin dernier s’est déroulée la deuxième intervention sur le web design de Fabienne Schouler.

Après un rapide brief de Fabienne Schouler sur l’exercice proposé, il s’agissait de mener tambour battant en deux heures un projet de refonte de la partie “éducation/élèves” du site web du Cnam.

Consigne-26juin2014
Le web design en pratique

Nous sommes ravis d’une mise en pratique de l’intervention précédente sur le co-design.

Répartis en 5 groupes de 5 personnes environ, nous étions en mode projet. Pas moins de deux heures ont été nécessaires aux groupes pour envisager la refonte en imaginant les possibilités de collaboration et d’interaction des outils 2.0.

26 Juin 14 Groupe de travail
Groupes de travail 26 juin 2014

L’analyse de l’existant est partagée par tous, consternant.

Une étude est proposée collectivement.

Tous les groupes ont fait de bonnes propositions mais à dix minutes de la fin, une nouvelle consigne de Fabienne Schouler frappe directement le budget. La présentation devra préciser l’abandon de certains choix.

La chute est dure, “délirer” soit mais demander la lune à un prestataire ferait ajouter plusieurs 0 au devis.

Il est fortement conseillé d’avoir plusieurs prestataires, une agence de communication n’est pas une SSII, rares sont les prestataires cumulant toutes les compétences mais il sera nécessaire d’avoir un chef de projet “chef d’orchestre” faisant le lien entre eux.

Autre déconvenue possible pour le chef de projet, le design intervient souvent en variable d’ajustement. Une tuile si l’on veut garder une approche “User Centric” : utile, utilisable, désirable.

Il faudra se montrer habile et éviter cet écueil sinon on se sera trompé de cours.

Billet rédigé par Michèle Clément – Lucile Lasveaux – Eloise Baïlle.

Lire aussi article précédemment publié « Innovation et design de service – retour sur la précédente intervention de Fabienne Schouler«  rédigé par Lucile Lasveaux avec le soutien de Marie-France Deriau et Michèle Clément.

Quelques références compilées dans le groupe dédié sur DIIGO.

Ci-après quelques slides de la présentation d’un groupe de travail.

groupe de travail webdesign 26 juin 2014

groupe de travail webdesign 26 juin 2014

Espace-de-connaissanceProjet-Réseau-social

 

Partager :

Présentation de la plate-forme Knowledge Plaza

Partager :

Présentation de

 Knowledge Plaza - "The place beyond search"

 par Antoine Perdaens, créateur et CEO de Knowledge Plaza

 

Jeudi 1er décembre 2011 
 

 

Knowledge Plaza (KP) est une entre prise belge de 15 personnes créée par Antoine Perdaens à partir de l’idée de faciliter le partage de tous types de documents électroniques. Antoine Perdaens nous présente l’outil Knowledge Plaza : une plate-forme de réseau social et de partage des documents fonctionnant en mode SAAS.
Arguments avancés pour le choix d’une solution en mode SAAS (software as a service):
  • Rapidité de déploiement initial…
  • …et des évolutions ultérieures
  • Plus d’indépendance des utilisateurs par rapport à la DSI
  • Décharge la DSI des tâches de sécurité…
  • Economie de bande-passante
  • Mise en place facilitée d’un pilote pour expérimenter la solution
  • Adapté aux utilisations sur les terminaux mobiles

 

Présentation d’un cas client : Choix de KP par le groupe Lafarge

Problématique : permettre le partage des bonnes pratiques entre les entités réparties dans différents pays

Etat des lieux :

– 20 Knowledge Managers
– 600 experts
– 10.000 collaborateurs concernés

Préocupation entreprise : Récolter plus de contenu de valeur / Valoriser la connaissance

Préocupation consommateurs : Trouver rapidement une information pertinente

Diagnostic de KP :

1/ Sortir le partage de l’e-mail
2/ Supprimer les interfaces et formulaires complexes
3/ Simplifier la recherche
4/ Connecter les utilisateurs en réseau pour identifier leur compétences réciproques et s’en servir

Rôle des gestionnaires :

1/ Suivre les experts pour recueillir l’information
2/ Participer au partage : Les échanges entre experts vont générer une masse importante d’information. Le rôle du knowledge manager est de filtrer et capturer l’information pour la recontextualiser.
3/ Personnaliser les flux RSS pour diffuser l’information

Finalité : transmettre une information pertinente décryptée et mise en perspective dans des délais adaptés au public concerné.

Déroulement du projet :

      • 3 mois pour tester et valider l’outil (Compatibilité avec le SI, test de la bande passante, préparation de l’intégration…)
      • 3 mois pour « évangéliser » (on commence la conduite du changement!)
      • 3 mois pour rédiger les spécifications en vue de finaliser l’intégration

Quelques clés du succès de la solution selon KP :

      • Single Sign On : pour ne pas multiplier les mots de passe
      • Intégration portail : Intégrer l’outil KP aux applications exitantes où les utilisateurs se trouvent
      • Repérer l’existant > l’extraire > l’importer à commencer avec du contenu
      • Travail avec la DSI pour l’analyse des besoins de sécurisation des données
      • Réversibilité (garantit par l’appartenance des données et les tests de réverasabilité)

KP constitue, pour le groupe Lafarge, un base de connaissance, un dispositif de veille collaborative, un outil non pas de collecte d’informations (l’outil ne crawl pas le web) , mais de gestion (centralisation, valorisation et diffusion) d’informations.

Autres aspects qui ressortent de la démo de l’outil :
      • La possibilité de  gérer tous types de documents : traitement de texte, pdf, courriel, image, documents provenant d’autres réseaux sociaux, bookmark…
      • L’organisation autour de facettes : une facette est une catégorie qui structure les tags
      • Les mosaic : édition collaborative de pages de contenu. On peut venir ajouter une sélection d’information prise dans KP (système de sélection par panier) ou tout autres types de documents.
      • Recherche par moteur de recherche sur la base des contributions avec filtre par mot-clé et/ou filtre par auteur
      • Recherche sauvegardée.  Permet de paramétrer l’envoi d’alerte. On peut utiliser cette fonction pour éditer une newsletter envoyée à une liste d’utilisateurs prédéfinis.
      • Export des mosaic sous forme de dossiers regroupant les différents contenus attachés
      • Un système de tags qui peuvent être libres de saisie ou encadrés par l’organisme. Les tags peuvent ainsi être gérés dans plusieurs langues.
      • Des espaces (communautés privées ou publiques). Leur sont associé des flux RSS sur la base des tags
        Cela permet de diffuser automatiquement sur une page de la plateforme la liste des informations remontées par tous les autres  utilisateurs.

Les questions-réponses sont sur Elgg

Eric VetHélène D’haene

Partager :

Knowledge Plaza : sauvez, structurez et partagez l’information

Partager :

  

Antoine Perdaens  twitter.com/tlg

Antoine Perdaens  est venu présenter le 10 juin 2011 la société Knowledge Plaza, éditeur d’une ‎solution  collaborative, lors de la dernière journée de la première session 2011 de la formation en ‎gestion de projet web2.0 au CNAM .‎

 

 

Knowledge Plaza  : outil collaboratif  de gestion des ‎connaissances

 
Cet outil est dédié à la gestion interne de l’information et des connaissances en entreprise, et se ‎différencie des outils de GED classiques  grâce à la dimension sociale qu’il apporte par la ‎possibilité de gérer un Réseau social d’entreprise. L’idée est de valoriser aussi bien  les ‎ressources que les personnes. ‎
L’intervenant nous définit en introduction la notion de curation. Il existe un contenu utile sur le web, ‎venant des différents médias sociaux, qui doit être rassemblé, mis en contexte, et transmis à d’autres ‎personnes en un seul endroit afin de limiter le phénomène d’infobésité.‎
L’évolution souhaitable est de pouvoir faire participer d’autres personnes à la curation (1)
Dès les années 90 Antoine Perdaens travaillait au sein d’entreprise de prestations de veille pour des ‎tiers.  Suite à cette expérience il a souhaité monter sa société et proposer un outil répondant aux ‎besoins de l’entreprise en gestion des connaissances axée web.2.0. ‎

Fonctionnalités

KP permet de collecter différents types d’information (documents, liens, contacts, références, ‎emails..), de les organiser et les décrire collectivement (par tags, facette, screenshot, ‎commentaire, pièces jointes, gestion de versionning…).  

 

      Ainsi, la fonction mosaique permet de ‎rassembler des ressources qui seront liées via un    wiki, et celle ci peut ensuite être exportée ‎périodiquement dans un PDF charté à l’image de l’organisation. ‎

Les contenus sont ainsi disponibles dans la « Plaza », la base de connaissances, tandis que le ‎tableau de bord s’occupe de notifier et permet le suivi d’activité des groupes et des personnes de ‎son réseau (à la manière d’un mur de Facebook d’entreprise)

Knowledge Plaza propose des fonctionnalités de recherche avancée dans le contenu de la plate-‎forme, mais vise également à faciliter la recherche sur le web en s’appuyant sur le moteur approprié ‎au type de contenu recherché.‎
Il est ensuite facile de rediffuser cette veille partagée par mail ou via un espace de publication dédié.‎


 

  Découvrez Knowledge Plaza…

  

    Cas client : le PMU

 

 
En choisissant Knowledge Plaza le PMU réussit à mieux partager ses connaissances et à enrichir ‎l’information grâce aux fonctionnalités de travail collaboratif.‎
L’année 2010 a été pour le PMU une année de transition majeure avec l’ouverture à la concurrence du ‎marché français des jeux sur Internet.‎
Ce contexte d’ouverture de marché a renforcé la dimension stratégique de la veille concurrentielle ‎internationale assurée par le Département Veille et Produits (DVP), qui a choisi de se doter d’un ‎logiciel de veille collaborative pour améliorer la dynamique entre information, vision prospective et ‎action.  ‎

   
L’équipe de veille qui diffusait de l’information sous forme d’alertes, d’articles d’analyse, et d’une ‎revue de presse bimensuelle, a su convaincre sa Direction de l’intérêt de se doter d’un outil ‎collaboratif. La facilité de mise en œuvre de l’outil a permis un déploiement en quelques mois. ‎
La réussite de cette mise en place a considérablement été favorisée par l’implication du Management ‎dans ce projet. ‎

  

  Usages

 

 

Le schéma classique est de démarrer avec l’outil de production, puis d’ouvrir la diffusion et ‎d’agrandir le réseau des acteurs qui viendront consommer l’information et l’enrichir. Il est tout à ‎fait possible d’importer des bases déjà existantes. L’information collectée peut également être ‎soumise et retraitée par l’équipe source de veille. ‎
 

L’outil peut être couplé  avec  un outil de collecte d’information type Kbcrawl, avec la ‎solution Lotus Notes, Sharepoint ou encore Alfresco. Il est possible en aval de définir de véritables ‎plateformes ciblées de communication/diffusion ouvertes à des clients internes, ou externes (module ‎KP Communities) sur abonnements.‎
La solution KP est flexible et disponible sous forme d’abonnements selon les fonctionnalités choisies ‎et selon le nombre d’utilisateurs.‎
KP réfléchit aux usages web2.0 afin d’améliorer sa plateforme selon les besoins des clients (ainsi ‎a été introduite la notion de serious game pour développer/fidéliser une communauté en interne,  la ‎fonction d’export via les réseaux sociaux, de « Chat », ou encore un indicateur de présence affiché ‎sur les photographies des utilisateurs).‎

Soizic de Rengervé et François Mahuzies

[1] Curation : Contenu Utile Repéré et Assemblé pour sa Transmission
Partager :