Le codesign comme méthode de créativité collective

Partager :
Grégoire Serikoff, designer et facilitateur, nous a fait vivre un cours sur la créativité collective et les méthodes d’approche collaboratives, grâce à une pédagogie participative. Cet article se veut à l’image de son intervention : basée sur l’écoute, visuelle, textuelle, coopérative.

« La réussite d’une démarche de codesign ne s’évalue pas uniquement sur le résultat mais également sur la qualité de l’expérience qui a conduit à ce résultat »

 

Tableau_collectif-2014
Résultat de la séance collective sur le tableau

Le codesign est une méthode d’accélération d’innovation qui implique comme l’a fait Greg dans son cours, des animations et des ateliers. Cette mise en place d’un contexte, l’apport d’outils et la réunion de différents acteurs dans le cadre d’un projet permet de faciliter la conception d’un produit innovant.  Les codesigners sont des facilitateurs, ils permettent ainsi de créer une dynamique de groupe tournée vers la création et la productivité.

Cette façon de travailler a d’abord été utilisée en moyen de secours dans des contextes de crise, ainsi que Greg nous l’a fait remarquer avec Médecins du monde. Pour nous illustrer son propos, il a narré une anecdote autour de la création d’une peluche distribuée par Ikéa, un cœur avec des bras. Grâce à l’implication de chacun dans le projet et dans la réflexion commune autour d’un objet symbolisant le travail collaboratif, un atelier de fabrication a pu ainsi être sauvé de la fermeture.

 

« Echouer vite, échouer souvent, échouer pas cher…! »

 

Ateliers pratiques et pratiques d’ateliers

 

Atelier_groupe-2014
Les participants en plein atelier

À écouter ici, un panorama des techniques d’animations utilisées au cours de cette séance de formation pour aborder le codesign… en faisant du codesign.

 

« Quand on ne prend pas de plaisir, on ne trouve jamais la (bonne) solution »

 

Notions clés

Cette séance très vivante, mêlant atelier pratique et cours plus théorique, ne peut faire l’économie de quelques définitions essentielles sur lesquelles Greg a insisté.

Le codesign en 3 mots : collaboratif, collectif et interdisciplinaire.

Design / by design : ce qui est fait à dessein, ce qui recouvre une intention dans chacun des composants. Le mot même de DESIGN exprime lui même avec concision les idées associées au mot “dessin” et au mot “dessein”. Le dessin est compris comme un mode d’expression  puissant, immédiat, simple et concis. Le “dessein”  ( concevoir et agir à dessein) renvoie à la notion de “forte intention” et de reflexion pratique.

Récursivité : processus dépendant de données en faisant appel à ce même processus sur d’autres données plus simples ; retrouver la caractéristique ou principe directeur d’un projet dans tous ses composants y compris dans son processus de fabrication. Ce qui implique que le ou les codesigners doivent penser la démarche dans ses moindres détails. La démarche également doit avoir les caractéristiques du but à atteindre.

Exemple : construire une maison en lego bleu. Problème : dans la boîte il n’y a que des legos rouge. Une maison est un système avec des composants. Pour obtenir une maison bleue, tous les composants doivent être bleus.

Autre exemple : pour construire une voiture fiable, tous les composants doivent être fiables, la façon même de construire la voiture doit l’être aussi.

Itération ou boucles itératives : repasser sur l’établi à de multiples reprises l’objet sur lequel on travaille en faisant varier les personnes qui vont intervenir dessus.

La conception dans les moindres détails conduit à l’éboration d’un prototype qui ne doit être considéré que, dans premier temps, comme un livrable intermédiaire pour une communauté donné et amenant à des réajustements ultérieurs.

En pratique : on concoit un prototype, on le teste sur une part de la communauté, on analyse et on discrimine les retours (feedbacks), on ajuste, et on recommence sur une autre partie de la communauté. (cf : “un dessin vaut mieux qu’un long discours”).

Pour garder un côté innovant, il ne faut pas demander à tout le monde. Il faut designer sa communauté de contributeurs avec des gens qui vont apporter de la valeur. Une idée rejetée par certains peut revenir par la suite, elle est résiliente.

Design Thinking : concevoir, collaborer et coproduire en un temps limité puis partager les productions.

Le design thinking est une facon d’atteindre un but par plusieurs biais. Le travail peut aboutir sur une charte ou table de la loi (cf post it).

Post-it-2014
Post-it de groupe

 

 

 

 

 

 

 

« Les caractéristiques des grandes choses doivent se retrouver dans les petites »

 

Grégoire Serikoff

Après une formation dans la communication comme journaliste, Greg a travaillé au Ministère des Affaires étrangères, puis à Médecins du monde. Sur le terrain, au travers différentes problématiques, il rencontre les concepts de codesign. Il fallait trouver des solutions très rapidement avec des réponses plus saines.

Greg_Serikoff-2014
Greg et sa peluche Ikea

À la suite, il a travaillé comme consultant indépendant pour des sociétés de conseil (Capgemini, Ernest & Young).

Puis il a monté « The Value Web » qui développe le codesign pour le non-commercial (ONG etc.). Par exemple, pour le forum économique mondial, il prépare notamment des démarches collaboratives.

 

Veille collaborative

 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *